Dévoiler ma féminité – pas si évident!

Article publié dans Esprit Yoga magazine en septembre 2014

« Mais je ne connais pas une femme plus féminine, plus sensuelle que toi ! » m’annonce une de mes copines il y a quelques années. « Moi ? Mais ce n’est pas possible » était ma réponse. Pendant des an nées j’ai eu du mal à assumer mon corps, mon image de femme.Crescent Moon resized

En surpoids comme adolescente, en bataille avec mon corps à travers régime, boulimie, haine envers ce corps qui ne me ressemblait pas. Fille des années Thatcher en Angleterre – une époque de combattante dans un milieu masculin (les années 90s dans la cité de Londres pas facile comme jeune femme blonde) j’ai lutté, suis devenue plus mec, je poussais des limites physiquement, mentalement.

 

No pain, no gain. Femme dans tout ceci ? Dur de la trouver. J’ai plutôt rajouté des couches de masculinité, je ne savais pas comment être une femme, comment être en harmonie avec mon corps, mon énergie féminine.

 

Ma granny (mémé) – femme extrêmement élégante issue d’un milieu pauvre travaillant à l’âge de 14 ans dans une usine à balai – me disait toujours que je devais devenir hôtesse de l’air. Pour elle l’ultime en glamour et féminité… quant à elle j’avais des chevilles parfaites pour porter des talons ! Même après 4 ans de fac et un boulot à Londres elle était déçue que j’ai pas suivi ses conseils. Est une pair de talons une femme ? Est une robe, un corps, un visage ? Ou est-ce qu’une femme c’est une énergie qui se dégage d’ailleurs ?

 

Même après des années de lutte, deux grossesses pas tout à fait assumées (image de surpoids dur à voir), mes rôles de femme, maman… je ne m’accepter pas à 100%. La découverte du yoga commençait à m’aider– le contrôle du corps, du mental – mais la découverte du Vinyasa Yoga grâce à Shiva Rea…. Wow ! Là que je comprends ce que c’est la féminité.

 

D’être en contacte avec cette sensualité, de l’assumer et de la déguster à travers des gestes, des méditations, des mouvements harmonieux. Une découverte de qui je suis, une confiance en moi comme femme totalement assurée

 

Hôtesse de l’air je ne suis toujours pas mais chaque fois que je porte des talons je pense à ma granny…. Et je marche d’un bon pas de « femme » !