C’EST L’HISTOIRE D’UNE FILLE

MON CORPS, MA BATAILLE

EST-CE QUE VOUS AVEZ DEJA EU LE SENTIMENT DE NE PAS ÊTRE DANS VOTRE PROPRE CORPS?

TO NOT BE STANDING IN YOUR FULL NATURAL ESSENCE?

Est-ce-que vous avez (eu) la sensation d’enterrer qui vous êtes?

Laissez-moi m’expliquer…..

Toute jeune j’étais un peu trop “large”, toujours un peu “différente”, je parlais fort, j’étais “too much”, je n’étais jamais comme les autres filles

Pourtant j’allais à mon cours de ballet comme les autres filles et comme elles, je me voyais danseuse étoile! Dans ma tête bien sûr!

Danseuse de Ballet dans une peau de grosse vache!

Jeune je lisais un livre intitulé “Clumsy Clara”…. Une jeune fille qui était tellement maladroite jusqu’au jour où elle se trouve dans son jardin et les fées du jardin l’aident à marcher avec grâce, avec des pas tout légers pour ne pas écraser leurs maisons…. Je ne suis pas arriver cette deuxième étape. J’avais l’impression de tout écraser. Et la grâce? Ooffff très peu pour moi!

Vus ma taille, ma maladresse et ma voix tonitruante, j’ai vécu de longues années avec cette image de Clumsy Clara – ou comme une fille à l’école m’a criée dessus une fois – “you BIG FAT COW”!

GOOD GIRLS V/S BAD GIRLS

En même temps d’avoir l’impression d’être dans la peau de quelqu’un d’autre, de sentir que je n’étais pas du tout physiquement une petite fille modèle, j’avais aussi le profond sentiment de ne pas vivre pas comme je le devrais.

Il y avait tellement de règles sociales, de manières et de faux-semblants pour être de bonne compagnie. Je me trouvais souvent confrontée à des grosses difficultés, avec la sensation de cacher mes vrais sentiments. La sensation “d’avaler” qui j’étais, de ne pas vivre selon ma vraie nature…

Un peu comme dans le film Rebel – et oui malgré la couleur de cheveux je suis tout comme elle – ma mère me disait qu’une jeune fille se devait d’être propre, polie, de ne jamais montrer trop ses desirs, ses passions… En gros, tu devais presque cacher ton idenitité pour rentrer dans les normes de la société !

TOO MUCH

On m’a souvent dit que j’étais intense, too much, trop d’énergie, trop forte, trop, trop, trop….

La danseuse de ballet s’est petit à petit cachée derrière l’équitation, le hockey sur gazon et … le surpoids. Car manger à l’excès devenait une vrai source de confort. Me cacher derrière les kilos, faire rire les gens avec ma grosse voix sans pertuber le sexe opposé ou mes copines – c’était recherché sans l’être…

ASSEZ!!!

Puis à 16 ans, j’ai décidé de changer mon poids, d’en perdre pour être heureuse et me sentir moi-même. Régimes, perte de poids, reprise de poids, la spirale du yoyo.

Le regard des garcons… eeekkkk au secours !!

Mais au lieu de me trouver – ou de me retrouver – je me perdais de plus en plus! Je pensais que perdre du poids = Bonheur. Happy = slim non??

How wrong can you be!

J’ai découvert les mecs, le sexe, l’alcool – je ne comprenais rien, je me suis laissée abusée. Je me suis cachée et je voulais à tout prix m’oublier. J’ai passé des périodes de ma vie consciente du mal que je me faisais, consciente du fait que je n’étais pas heureuse. Mais j’étais incapable d’arrêter cette vie en montagnes russes ; manger à l’excès puis vomir, ne pas manger pas du tout, boire à l’excès jusqu’à plonger dans un sommeil agité, ou connaître le black-out total des nuits blanches ! La spirale d’une maladie que je comprends maintenant tient le nom anorexie me détruisait progessivement.

Je faisais tout comme les mecs, coupée de mon corps de femme. J’étais incapable de me lâcher, de suivre mes sentiments et pulsations naturelles, avec en écho les voix de ma mère, de ma grand-mère, de la société qui me disaient “That is not how good little girls are” (ce n’est pas comme ça que se comportent les petites filles sages).

Rongée par l’anorexie et la boulimie, perdue dans mon identité de femme – c’est quoi ?- je fonçais comme un mec dans ma carrière de commerciale à la Brigitte Jones. Boursoufflée et boostée par les soirées imbibées de vin et d’alcool, motivée par ma propre volonté de vouloir autre chose mais sans savoir quoi! Et rongée aussi par la honte de ne plus être la GOOD GIRL que mère a essayé d’éléver …. Essaie toujours d’ailleurs…

Je fonçais droit dans un mur à 1000 à l’heure sans savoir comment m’arrêter

RELIGION & SPIRITUALITÉ

Malgré mon corps et mon “identité extérieure” qui me traïhissaient tout le temps, j’ai toujours été attirée par la religion, par les églises, par Dieu. Par cette énergie universelle, cette force autre que ce que l’on voit. Un refuge certes, mais je me sentais vraiment bien dans ces murs sacrés.

A 14 ans les esprits – ou les anges – m’ont visité. J’étais au milieu d’un cercle de prières et on a mis les mains sur moi, on a prié autour de moi pour que je reçoive la lumière divine – the light of life…. J’ai été envahie d’une lumière tellement forte, tellement puissante, que j’ai commencé à parlé une langue qui n’existait pas mais tout le monde me comprenait!

Je voulais que tout le monde sache ce qui m’était arrivée. Mais c’était tellement énorme que j’ai vite compris que la société et ma propre famille, n’acceptaient pas du tout que ce que je racontais soit possible – il ne fallait pas en parler et surtout ne jamais forcer quelqu’un à entendre autre chose que le banal, que la routine, que ce qu’il peut voir, donc comprendre ou juger!

Les copains que j’ai eu ensuite ont été abusifs à leur façon par leurs gestes, leurs actes et leur paroles. Tous m’ont traité de folle par rapport à mes histoires de vision, d’anges, de spiritualité. Même mes parents se moquaient de moi! Donc j’ai cessé d’en parler. J’ai tout gardé au fond de moi, tout comme mes pulsations sexuelles, mes desirs de danser, de crier, de vivre comme je le sentais!

FACE À MOI-MÊME

Suite à une rupture sentimentale, des vrais questions se sont mises à tourner dans ma tête et j’ai commencé – après 3 semaines de destruction totale en fête et boulot bien-sûr – à me poser plein de questions sur mon corps, ma façon de vivre, d’être avec moi-même, les autres, ma famille…

Christian, mon ex mari, n’était pas une rencontre de hasard. Il est arrivé dans ma vie pour me mettre sur le prochain chemin. Je l’ai rencontré sur les pistes de Val d’Isère. Mon moniteur de ski est devenu mon ami, mon mari, le papa de mes enfants. Il m’a soutenu dans mes projets et voyages de yoga, il était à mes côtés pendant longtemps…. Mais les années nous ont séparées et malgré beaucoup d’amour, on s’est trouvé dans l’incapacité de rendre l’autre heureux!

Et mon Corps dans tout ça ?????

Je suis devenue comme immunisée, détachée de mon corps. Bizarrement, j’étais la plus mince que je n’ai surement jamais été dans ma vie et pourtant je n’étais pas heureuse – loin de là! Mais mon mari ne me touchait plus, ma voix intérieure remontait tout le temps à la surface pour me dire que je ne vivais pas comme je devrais…. Et je me suis rendue compte que j’étais super triste et surtout très seule!

La mort de Lisa – une de mes meilleures copines Lisa est morte il y a quelques années – un moment de profonde recherches et de révélations.

Elle m’a toujours dit de vivre pleinement, que nous n’avons qu’une vie!

C’était un vrai réveil sexuel – une réalisation de ce qui s’était passé pour moi au fil du temps avec un profond désir de changer, de partir ou d’être plus moi-même.

STANDING IN THE WAY OF THE LIGHT

Birdy a chanté une belle chanson avec ce titre Bloquer le chemin de ma lumière – pas de façon exprès mais efficacement. Mais chaque histoire à sa fin et malgré le fait que j’ai pû retrouver beaucoup de confiance en moi, Christian était devant ma lumière. Elle était prête à rayonner mais il était devant, il ne faisait pas exprès mais…

DIVORCE, NOUVELLE VIE, RAYONNER

AND ON A MORNING NO DIFFERENT FROM ANY OTHER

SHE MET HERSELF IN THE MIRROR

AND SHE QUITE LIKED

WHAT SHE SAW

Je vous pose une question

EST-CE QUE VOUS PENSEZ QUE VOUS ÊTES NÉ LIBRE OU QUE LE BUT C’EST DE DEVENIR LIBRE?

La réponse c’est les deux, mais moi j’ai passé tellement d’années à penser qu’il fallait faire comme ceci ou comme cela, suivre les règles, se taire…. Bref, ne pas être moi!

EMBRACING YOUR TOO MUCH!

Alors pourquoi je vous explique tout ceci par rapport à mon corps?

Car le corps garde tout en mémoire, stock, sauvegarde. Il est le reflet de tout que nous pensons, de tout ce que nous essayons d’enterrer car ce n’est pas ce que fait une gentille fille …..

J’étais toujours en train d’associer mon corps avec mon identité.

La haine que j’ai eu pour mon corps se traduisait dans tous les domaines de ma vie. Je cachais ce que je ressentais vraiment, j’enterrais mes désirs, je passais à côté de ce que je voulais vraiment. Mon corps et mon identité de femme n’existaient pas!

Un champs de bataille et de déni!

J’essayais pourtant de donner bonne impression, d’être la gentille fille, la femme heureuse qui réussie, bien comme il faut – la plupart du temps en tous les cas. Mais plus tu enterres, tu caches, tu te prives, plus tu ressens le besoin de crier.

Inside me there was a vibrant colourful unicorn desperate to get out and be free!

(à l’intérieur de moi il y avait une licorne aux couleurs chatoyantes impatiente de sortir et d’être libre !)

ET SI DÉCALÉE = EXTRAORDINAIRE ?

Nos faiblesses peuvent devenir nos points forts!

SO ONE DAY SHE JUST DID IT!

J’ai pris une énorme decision en 2012 – le début de cet âge d’après Rebecca Campbell dans livre Rise Sister Rise “Aquarian”, un âge ou période tenue par des femmes

Ne plus jamais faire les choses parce que la société, mes parents, les autres attendent cela de moi. Ne plus faire semblant mais vivre mon identité, mon essence!

Suivre mon DHARMA

Moksha dans le yoga veut dire = FREE

Free – Libre

Faiblesses & Forces!

J’ai décidé après des longues réflexions que je devais marcher dans mes propres pas

Que…..

MY DIFFERENCE = unique

MY BIG VOICE = my voice can be heard when I sing, teach, talk

MY DIFFERENT NATURE OR TOO MUCH = Exceptional

MY BODY = my playground for pleasure & happiness

MY INTENSE WAY OF THINKING & LIVING = My tool for working & being creative

Je vous encourage à passer un peu de temps à penser à tous les moments où l’on a essayé de vous changer, de vous regarder comme quelqu’un d’autre, d’enterrer votre essence….

Tous les gens qui vous ont dit que c’était nul, mal, pas comme il faut!

Puis prenez une grande respiration, fermez les yeux et laissez l’image de qui vous êtes sortir naturellement de vous!